CHEYCO LEIDMANN

Cheyco Leidmann Current Exhibition on www.fineartitalia.com

The artist web pages :Cheyco Leidmann (visual artist):

Appotycma: 26 unpublished images
PARIS EXHIBITION from  01/03/2011 to 30/04/2011
EPSON PHOTO EXPERT


Interview CHEYCO LEIDMANN EXHIBITION

*appotycma*


1 - What is your definition of "Toxytt visualism"?

I envisioned a project which I have been intensely working on for years.Over that spanning time different themes have been recorded floating one into the other.Let me outline one of them: It is about moral neglected individuals.I met and spent considerable time with.I saw their fear clicking anger and aggression. I saw their eyes and the darkness they express.It is a testimony of contemporary issues such as violence,obsession,sex dealing with the beauty and struggle of every day life.I tried in an unsentimental way to explore the psychology of these people from racially,ethnically and nationally diverse backgrounds coming from the lower rungs of the economic ladder .The urban landscape is often rough, sometimes devastated in the wake of a hurricane or fire. Clusting together the hustle individuals experience and devastating surroundings defines *Toxytt visualism*.


2 - Where do you get your inspiration?

From the street.The street never sleeps and is very demanding.
Although it boils down to location.Manhattan is more a bizarre hit-and-run situation than an area where people commute like Long Island.The sleepless nights of thousands enthusiasts hitting the streets for instance in Miami Beach spending the time in over 100 nightclubs and other events melting their conjunction with harassment, crime together with the poverty of misfortune people,
squatting and sleeping on the streets with intimidation and non empathy ,this peculiar mix between isolation and excitement calls not for pitying glances but makes even the most fearless person frighten .Working in this environment over years as I did for "TOXYTT" is a commitment resulting in my statement as a reality novel.


3 - Do you feel that you express your subconscious through your works?

My subconsciousness is the contrast between reality nightmare and acid theater.The connection of both is spiritual .This is very important to me. The spirituality is not religious,not new age,nor any other alternative beliefs.The sacred lies in relating real concern with the endurance sphere of life .


4 - You work mainly in the United States. What are the typical American ingredients that allow you to perform your work? In what is your art inherent in the U.S.?

There are no typical ingredients since the human beings I work with are neither objects nor subjects.The suffering is not restricted to a local territory.It is everywhere. There is nothing characteristic to the USA.There is no box to put my work into.This is not how it can be seen.My work is more multidimensional.


5- What does *appotycma* mean ? What is "the alchemy of Cheyco Leidmann"?

*appotycma* is the close acronym of Apollonius of Tycma.The story of mysticism.I saw a link to the many new images presented in this exhibition. Using my eyes as weapon and borderline as target.


6 - Some elements often appear in your work, as birds(in *appotycma*) what do they represent?

The kind of elements in my images are sometimes ambivalent, symbolic, but not symptomatic. They should contribute to understanding by triggering off instinctive reflexes.A pure definition of objects does not exist.The ones I use often constitute a hidden drama .I visualize the reality for questions and doubts in another context and open spaces .


7-With *appotycma*, a new representation appear than can be considered as a "still life", showing women faces and waste, that are more abstract than the other compositions. Is it a successful realization of your work? What's the message? In your entire work, you put on stage the woman body. You handle it, you ill-treat it.What consideration do you have for your female part?

This is a misconception. I articulate in an ultra realistic manner, scripted and directed, a radical feminist style not calling for pretty. I deduct perversion out of the deep psyche,eliminate meaningless details and manifeste the abyss as normal. The women protagonists are emotionally,psychologically expressing their coded reactions in their own personality. I try staging the abstract theater of time with my sense of freedom.This is successful then,when I shape my mission into attention.


8 - You live between United States and Paris. How does Paris influence your work?

I am rather a cosmopolitan person,an outcast nomade.I live on a harsh alien planet like in a foreign country.Everyday life is the tracker for my inner inspiration and influence,triggered by roots which reach back to Picasso's three-eyed women,Dali's melting watches,Dr.Caligaris Cabinet,Ken Russel's the devils. The 24 hour life, the multicultural vibration and the unique and intense concentration of art in Paris is shaping.


9- You consider yourself as a "visual artist". Where is the border between visual artist and photographer?

I do not categorize myself. However photography plays an important role as a optical tool in my visual universe.But not the only one. Crossing traditionally pictorial boundaries into other media fill my mind.My career traversed diverse genres such as film, screenplay writing, performance,and the madness of marketing.There is no border between work of art if it sustains a statement of the image.

Caroline Gautron, journalist, Paris
Contributions Ypsitylla von Nazareth


CHEYCO LEIDMANN EXPOSITION

*appotycma*


Eternel nomade qui a pour terrain de jeu les paradis terrestres de pacotille, Cheyco Leidmann parcourt le monde pour enregistrer ses images délirantes et acidulées. Les couleurs saturées mettent en relief des représentations apocalyptiques et font vibrer un érotisme criard.
L’artiste projette ses fantasmes dans des mises en scène oniriques d’où jaillissent des visions cauchemardesques et des situations étranges.
C’est ainsi qu’il donne vie à un théâtre grotesque, mêlé de cynisme et d’humour noir, qui se révèle à la fois érotique et burlesque.En exagérant les jeux de lumière, en mettant l’accent sur des matières brillantes et en jouant avec le contraste,
Cheyco Leidmannn crée un univers irréel où se mêlent rêves, fantasmes et réalité. Dans ces compositions nimbées de sensualité, la femme est omniprésente et les paillettes sont reines. Les images de Cheyco Leidmann, sont chatoyantes et foisonnantes tout en étant noyées dans la perversité : les corps plantureux, bâtis dans l’étoffe des fantasmes sexuels, se prolongent dans des moignons informes, les corps saignent en même temps qu’ils jouissent, les cris de plaisir ouvrent des plaies béantes. Issues de compositions savamment éclatées - démembrées avec un plaisir vicieux? - les images de Cheyco Leidmann révèlent une narration qui va à contre-courant d’une lecture linéaire ou encadrée. Ainsi le regard du spectateur-voyeur circule-t-il d’une image à l’autre, pour tenter de synthétiser cet univers fracturé, au risque de se laisser piéger dans les entrailles de ce monde aussi familier que monstrueux... Avec ce style si particulier, cet art reconnaissable entre tous, Cheyco Leidmann et sa collaboratrice Ypsitylla von Nazareth semblent vouloir nous mettre en garde. Thanatos, toujours, accompagne Eros.
Avec “appotycma”, qui réfère directement au mysticisme, Cheyco Leidmann continue de révéler l’absurdité de l’époque tout en bannissant les détails superflus. Avec ses nouvelles figures, sortes de natures mortes qui mettent en scène le visage féminin, il met en exergue l’essentiel :
la profondeur de l’abîme (sic).

Caroline Gautron, journalist, Paris


Interview

1 / Quel but visez - vous avec ce nouveau travail que vous avez baptisé *appotycma* ?

Je mets en forme un travail ultra réaliste, écrit et mis en scène. Il s'agit d'un travail radicalement féministe où le joli n'a pas lieu d'être. Je fais table rase du travestissement du miroir, j'élimine les détails sans importance et je révèle l'importance de l'abîme. Les protagonistes féminines expriment émotionnellement et psychologiquement des réactions codifiées, en fonction de leur propre personnalité. En me fiant à mon goût pour la liberté, j'essaie de mettre en scène l'absurdité de notre époque. Quand mon travail réussit à capter l'attention, j'ai le sentiment d'avoir accompli ma mission.

2/ Des éléments récurrents apparaissent dans vos oeuvres, comme piscines ou les oiseaux (spécifiquement dans *appotycma*). Que représentent-ils?

Une définition exacte de ces objets est impossible. Dans mes images, ces éléments sont quelques fois symboliques voire ambivalents mais ils ne sont en rien caractéristiques de mon travail. Ils sont là pour favoriser la compréhension en provoquant des réflexes instinctifs. Les objets que j'utilise participent souvent à une dramatisation sous-jacente. En décontextualisant et en élargissant les champs de la représentation, je laisse la porte ouverte au questionnements et aux doutes.

3/ Avez-vous le sentiment d'exprimer votre inconscient à travers vos oeuvres?

Mon subconscient est à la fois façonné par le cauchemar de la
réalité et le théâtre burlesque. C'est la rencontre des deux qui donne naissance à la spiritualité. Pour moi, la spiritualité est en effet très importante mais je la différencie de la religion, du « new age » et des croyances d'autres genre : le sacré c'est en fait le lien entre nos problèmes de tous les jours et le fait que notre planète est éternelle.

4/ Vous vous considérez comme un artiste visuel. Où se situe chez- vous la frontière entre photographie et artiste visuel?

Je ne me catégorise pas. La photographie joue un rôle important en tant qu'instrument optique dans mon univers visuel mais elle n'est pas mon seul outil. Ma préoccupation est d'abolir les frontières entre les différents médias. J'ai d'ailleurs au cours de ma carrière diversifié mes pratiques avec le cinéma, l'écriture de scenarii, la performance et même cette folie qu'est le marketing. A partir du moment où toutes les œuvres d'art relèvent de l'image, il n'y a pas de frontière qui puisse les séparer.

5/ Où puisez-vous votre inspiration?

Je puise mon inspiration dans la rue. La rue ne dort jamais et de ce point de vue, elle est très astreignante. Cette inspiration, justement, ne peut être réduite à un endroit spécifique. Manhattan est un lieu de passage, contrairement à Long Island. A Miami Beach, chaque soir, des milliers de personnes sortent en boîte de nuit. Elles sont ainsi confrontées à la pauvreté des malheureux qui squattent et dorment dans la rue et à la criminalité. Ce singulier mélange entre la marginalité, la solitude et cette agitation ne suscite pas la compassion. Au contraire, cela effraye même les moins peureux. Travailler dans cet environnement pendant plusieurs années, comme je l'ai fait pour « Toxytt » est un engagement qui m'a exposé au danger.
(Cheyco Leidmann a été agressé plusieurs fois au cours de son travail. En 2009, une violente agression l'a plongé dans le coma.)

6/ Vous travaillez principalement aux Etats-Unis. Votre art relève-t- il de la culture américaine?

Il n'y a pas d'ingrédient typiquement américain dans mon travail car les personnes avec qui je travaille ne sont ni des objets ni des sujets. De même, la souffrance ne se limite malheureusement pas à une zone géographique. Elle est partout. Mon travail ne peut ainsi être réduit à une étiquette qui en l'occurrence serait celle d'un art américain. Mon travail a une dimension beaucoup plus vaste.

7/ Vous vivez également à Paris. De quelle manière cette ville Paris influence-t-elle votre travail?

Je suis une personne cosmopolite. J'ai d'ailleurs le sentiment de vivre sur une planète étrangère, comme si j'étais dans un pays étranger. La vie de tous les jours est une grande source d'inspiration. Celle-ci prend également racine dans des oeuvres comme Les femmes à trois yeux de Picasso, les montres de Dali, le Cabinet du Docteur Caligari et Les Diables de Ken Russel*. La richesse multiculturelle et artistique de Paris est indéniable. Elle force l'inspiration.
*Apollonius de Tycme était un philosophe, prédicateur et grand voyageur grec du 1er siècle. Il fut comparé à Jésus de Nazareth.


*Le Cabinet du Docteur Caligari est le film manifeste de l'expressionnisme allemand de Robert Wiene, 1919.
Le film Les Diables de Ken Russell traite de la religion, de l'inquisition et de la sorcellerie sur fond de vérité historique. C'est un pamphlet contre l'intolérance religieuse qui est à la fois violent et érotique.

Caroline Gautron



Past exhibition:

Irina Ionesco

Eric Leleu

Dario Magnani

Massimo Capodieci

Yves Manciet